Contrat de location covid

Covid 19 : une situation exceptionnelle

Avec l’épidémie du Covid-19, ce sont plus de 2 millions de français qui se retrouvent au chômage partiel. Une situation rassurante qui permet de conserver son emploi mais qui entraine en moyenne une perte de 16% de son salaire net. Sachez donc qu’en ces circonstances exceptionnelles vous pouvez solliciter auprès de votre banque un report ou une modulation des échéances de votre crédit immobilier.

Actuellement, ce sont près d’un tiers des français qui ont un prêt immobilier et doivent payer chaque mois des mensualités importantes. Mais avec l’épidémie mondiale de COVID-19 qui sévit actuellement, beaucoup se demandent comment ils vont pouvoir assumer toutes leurs dépenses habituelles et notamment leur remboursement de prêt.

Si le gouvernement s’est engagé et a demandé aux banques un effort particulier à destination des entreprises durant cette période à haut risque, aucune communication n’a été faite pour les particuliers. Néanmoins, rien ne vous empêche de solliciter votre banque pour demander un report ou une modulation des échéances de votre crédit. Mais attention, cela a un coût.

Première option : utilisez la clause « report » dans votre contrat de prêt

Pour être fixé sur vos possibilités, n’hésitez pas à contacter votre banque après avoir lu attentivement les clauses de votre contrat de prêt. Malgré la fermeture des agences bancaires, beaucoup de conseillers restent disponibles par téléphone ou par e-mail. Nous vous conseillons de jouer la carte de la transparence avec votre banquier. En effet, c’est en informant au plus tôt votre banque de vos difficultés qu’elle pourra vous aider. Ensuite, tout dépend de votre contrat :

Si votre offre de prêt comprend l’option « report de mensualités » et que vous n’avez jamais rencontré d’incident de paiement, la négociation devrait bien s’engager. En général, il faut tout de même attendre 2 ans après le démarrage des remboursements pour demander  la suspension des échéances pour une durée allant de 1 à 12 mois. Les conditions varient d’un établissement à l’autre, le mieux est donc de vous renseigner auprès de votre banque.

Si vous n’avez pas souscrit l’option « report de mensualités », mais que vous traversez une période difficile due au Covid-19, nous vous conseillons de solliciter malgré tout le report d’échéances auprès de votre banquier. La situation actuelle étant exceptionnelle, il est fort possible qu’il accepte votre demande afin d’éviter tout défaut de paiement.

Seconde option : modulez votre prêt plutôt que reporter les échéances

Si la première option qui consiste à mettre à l’arrêt provisoire son remboursement n’est pas possible, vous pouvez aussi demander à moduler vos mensualités. En allégeant vos mensualités de 10% à 30% vous pouvez ainsi continuer à rembourser votre crédit tout en sécurisant vos finances.

Là encore, comme pour le report, il faut généralement avoir commencé à honorer ses échéances depuis au moins 2 ans, et sans incident !

Le moment idéal pour faire cette demande : le plus tôt possible bien entendu mais vous devez faire cette demande au moins 10 jours avant la date de votre prélèvement pour permettre à votre banque d’opérer les changements de prélèvement. Il est possible qu’avec l’épidémie du COVID-19 les délais soient rallongés.

Quel coût prévoir pour ces 2 options ?

Vous vous en doutez, le report ou la modulation d’un prêt ont un coût. Vous trouverez dans votre contrat les modalités et frais pour les différentes options qui s’offrent à vous mais en général nous en relevons 2 :

- Un allongement de la durée de votre prêt. Cette prolongation ne peut dépasser 2 ans par rapport à votre tableau d’échéance de départ ;

- Des intérêts d’emprunt à la hausse, correspondant à la durée de la prolongation.

De plus, n’oubliez pas qu’en cas report votre banque vous proposera 2 possibilités : le report partiel ou le report total. Dans le cas d’un report partiel vous devez continuer à régler les intérêts du prêt et des assurances. Attention, si vous êtes dans vos premières années de remboursement, ce sont prioritairement les intérêts que vous remboursez, cette option ne vous soulagera donc pas beaucoup. Le report total, lui, suppose de régler uniquement les assurances de prêt durant la période de report. Intérêts et capital resteront donc à régler ultérieurement.

Les démarches pourraient toutefois être facilitées. L’APIC (Association professionnelle des intermédiaires en crédits) a en effet demandé au gouvernement de prendre des mesures d’urgence de soutien pour le crédit des particuliers.

Besoin d'inspiration
Téléchargez notre brochure
Téléchargez la brochure